Faux et usage de faux


Faux et usage de faux   2012 – 108×76 cm – Cadre en bois doré, chromolithographie sous verre.

En matière d’œuvre d’art, ce ne sont pas les qualités esthétiques du faux qui sont en cause mais sa valeur marchande. Faire un faux c’est tromper son monde sur une qualité attendue ou espérée et cela est jugé moralement condamnable. Mais que faut-il penser quand une institution, politique ou religieuse, utilise ce procédé ?
Il y a par exemple contradiction entre le discours de charité chrétienne et la position officielle de l’église catholique sur la contraception et la lutte contre le VIH, et donc cette image est improbable : c’est un faux. Pourtant cette même Eglise catholique produit ces images « pieuses », quasiment publicitaires, qui si elles étaient proposées par des laboratoires pharmaceutiques confinerait au charlatanisme.
La peur de l’inconnu, de la mort, de la souffrance, amènent des réactions déraisonnables, irrationnelles, et nous poussent à croire n’importe quoi. Finalement, le faux qui s’avère être un vrai, est un miracle.



Pour agrandir, cliquez sur l’image :

Faux et usage de faux
Faux et usage de faux   2012 – 108×76 cm – Cadre en bois doré, chromolithographie sous verre.



Faux et usage de faux (détail)
Faux et usage de faux détail   2012 – 108×76 cm – Cadre en bois doré, chromolithographie sous verre.






Retour portofolio

Les commentaires sont fermés.