Le grand jeu

par le collectif ARTSPECULATION (installations, dessins)

du 18 août au 15 septembre
à la galerie Hors Les Murs – espace mutualisé de Marseilleexpos
20 Rue Saint-Antoine, 13002 Marseille

Dans un univers qui le dépasse, l’homme construit sa réalité et il veut y croire. Ce que nous appelons « jeu » correspond peut-être finalement à une nécessité humaine essentielle, celle de se créer une réalité maîtrisée ?

timemachine (détail)Time machine (détail) 2014 – Le triomphe des conservateurs – puzzle environ 35000 pièces, bocaux et congélateur.



Vernissage mercredi 27 août de 16h à 22h, avec une performance à 20h de Fa Cesario et Sel Lenoir (synthétiseur modulaire et voix augmentée) :

i m not here anymore

« I’m not here anymore » est une plateforme contemporaine de création, de recherche et de réflexion rhizomique multi format utilisant l’écriture, le théâtre, la danse, la musique, la performance, les arts plastiques et la vidéo.
« I’m not here anymore », toujours en mouvement, en décompostion-recomposition, suivant une structure à chaque fois différente, est à l’image de la démarche de leurs interprètes ; en constante transformation et ne pouvant se limiter à un seul média. Ils ont donc recourt à l’écriture, la danse, le théâtre, la musique, les arts plastiques et la vidéo d’une manière singulière et contemporaine.
Présenté ici sous sa forme performative musicale à l’occasion de sa présentation à HLM pour une collaboration avec le collectif
artspeculation, « I’m not here anymore » utilisera un jeu double de tétraktis matriciels comme partition graphique.
https://soundcloud.com/r-m-75



Exposition ouverte du 18 août au 15 septembre du jeudi au samedi, de 16h à 19h.
Et sur rdv, téléphoner au +33 (0)6 78 71 62 29

Soirée spéciale « Nuit des galeries » samedi 30 août de 16h à 22h dans le cadre de la foire Art-O-Rama.

Soirée de clôture le 13 septembre, performance de Fa Césario à 20h.




OÙ en tournée à HLM Marseille, espace mutualisé
20 Rue Saint-Antoine, 13002 Marseille

OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel présente dans le cadre de la foire Art-O-Rama et du Salon du Dessin Pareidolie, l’exposition Le Grand Jeu du collectif artspeculation.





LE GRAND JEU
Exposition à HLM Marseille du 18 août au 15 septembre 2014.

artspeculation y présentera un ensemble d’une dizaine de pièces qui interrogent la place de l’homme face à l’univers : comme l’univers le dépasse, l’homme construit sa réalité et il veut y croire. Ce que nous appelons « jeu » et considérons souvent propre à l’enfant, correspond peut-être finalement à une disposition humaine essentielle, celle de se créer une réalité maîtrisée ? A la fois solution (elle permet de vivre en ensemble, de fuir nos angoisses ou une réalité déplaisante), et problème (elle s’oppose au changement, clive l’humanité).

Le pari de Pascal
Le jeu n’est-il pas en train de prendre une place centrale dans nos comportements actuels ?
Que ce soit la loterie, les jeux d’argent, les jeux en réseau, les jeux de société, le sport, les jeux télévisés, le jeu est omniprésent. Les média leurs donnent une place centrale, bien plus qu’aux réalisations et réussites relevant de l’intelligence ou de la création.
Cela rappelle la période pré-révolutionnaire où la noblesse passait son temps à jouer.
Aujourd’hui même les institutions jouent, spéculent. Pour le peuple, il reste l’illusion de la loterie. La réussite sociale semblant dépendre plus du hasard et de l’héritage que des compétences et connaissances.
Le jeu est-il autre chose que la capacité à créer un univers, une « autre » réalité, et de vivre à l’intérieur ? Les enfants jouent avec beaucoup de sérieux. Ils croient à leur création. Pas question de mettre en doute le monde qu’ils se sont construit. Les artistes, les philosophes, les scientifiques sont-ils autre chose que de grands enfants ? Les spéculations intellectuelles sont comme les jeux, gratuites, et n’ont pas d’autres finalités que de satisfaire l’esprit ; les théories établies sont finalement toujours remisent en cause. Mais ces paris, paris sur le sens, paris sur la vérité, même si avec le temps se révèlent toujours perdant, permettent de donner corps à cette réalité que l’on comprend, que l’on maîtrise, qui est rassurante.
Qu’est-ce qui différencie le jeu de la réalité ? Nous jouons dans la société un rôle qui nous est largement assigné. Nous continuons à jouer, à spéculer intellectuellement sur le monde, sur nous même, sur la société, et nous le faisons avec tout le sérieux que requiert cette tâche, ce jeu. Est-ce que la réalité est autre chose que l’illusion la plus partagée, que le jeu regroupant le plus grand nombre de joueurs ?
Dans l’inconfort de notre position, entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, l’angoisse de l’inconnu et de ce que l’on ne peut maîtriser, ou comprendre, on veut se persuader que la vie, et la mort, ont un sens.
Pascal a voulu trancher le débat du sens en l’assimilant à un jeu : parions que Dieu existe, nous n’avons que des avantages à le croire. Si depuis Dieu est mort, quelques siècles plus tard l’idée du jeu, et des paris qu’il implique, nous semble toujours d’actualité.
Sur quelle réalité parions-nous ?

Le Grand Jeu de artspeculation.
Le jeu, notre Grand Jeu, relève d’un grand pari. Pari sur le sens, de la vie, de l’histoire, … ; sur le sens de l’humanité, sur le sens pour l’humanité. Ce pari nous le faisons tous, individuellement et collectivement, consciemment ou inconsciemment.
Le Grand Jeu est conçu comme un parcours-installation dans lequel les différentes propositions se répondent, mélangeant les sens et les points de vue sur un même sujet. La narration qui se déploie est celle de l’absurdité, de la complexité, de l’humanité, loin de toute considération morale et loin de la simplification dialectique et du pessimisme nihiliste.

artspeculation
artspeculation, collectif artistique fondé en 2010, s’intéresse aux phénomènes résultants de l’ambition permanente de l’homme de vouloir simplifier, organiser, saisir son environnement, au sein d’un univers naturel et culturel qui se révèle terriblement complexe. L’incapacité de résolution de cette complexité se traduit notamment en paradoxes, contradictions, dénis, absurdités. L’art les rend audibles, et, sans chercher à les résoudre, permet de les donner à voir, de les partager, de les interroger. L’émotion esthétique rend disponible.
artspeculation ne privilégie pas de support particulier ; le support sert l’idée, le concept, et l’effet recherché. Collages, peinture, dessin, installations, photographie, Internet ….
Très présent dans son travail, artspeculation s’empare du puzzle comme d’une métaphore. Des petits morceaux de carton qui se ressemblent mais sont différents, qu’il est possible en principe d’organiser pour que cela ait un sens, produise une image. Du désordre, l’ordre sous-jacent réapparaît. artspeculation propose d’autres solutions, remettant en cause l’unicité de l’ordre et du signifié.




Les commentaires sont fermés.